Voyage au cœur des fleurs

Collection

C’est à la découverte d’une partie encore inexplorée du fond précieux botanique de livres illustrés conservés dans notre bibliothèque qu’invite ce Voyage au cœur des fleurs. Après avoir successivement exposé de superbes livres anciens de fleurs, de fruits, de jardins et de muscinées, notre choix porte cette fois sur un rare ensemble de flores d’Europe du XIXe siècle.

Ces inventaires magnifiques de fleurs sauvages de diverses régions européennes sont conçus comme des recueils de gravures, celles-ci le plus souvent de grand format, coloriées à la main et accompagnées de commentaires et de descriptions scientifiques.

A côté de ces livres précieux, des modèles botaniques, véritables sculptures de fleurs, permettent de les représenter en trois dimensions et d’en découvrir l’intérieur par un jeu d’agrandissements et de pièces amovibles. Quelle meilleure présentation leur donner que celle de leur contexte naturel : la fleur ou la plante à laquelle ces détails agrandis appartiennent. La comparaison est d’autant plus intéressante que les planches de fleurs publiées à cette époque montrent elles aussi, mais en deux dimensions seulement, structure, coupes et détails d’une finesse extrême.

Cette double représentation de la flore d’Europe reflète la diversité des fleurs indigènes et fait découvrir l’intérieur de celles-ci par des objets conçus à un moment où la recherche scientifique permet de connaître avec précision la structure et le fonctionnement des plantes.


Au XIXe siècle, la fascination non seulement des scientifiques mais aussi du grand public pour la botanique est à son comble : on rassemble, on décrit, on obtient de nouvelles variétés.

La passion de quelques grands botanistes, horticulteurs et pépiniéristes, qu’ils soient professionnels ou amateurs, s’étend progressivement à l’ensemble de la population. Des sociétés, concours, échanges, entretiennent l’émulation dans toute l’Europe et particulièrement en Belgique. Des progrès considérables mènent la botanique jusqu’alors centrée sur la classification à une botanique évolutionniste, puis à la prise en compte de la chimie et de la physique pour en arriver à une physiologie végétale moderne.

Cette effervescence est tangible dans les nombreuses et très belles publications qui permettent de diffuser ces nouveaux savoirs. Qu’il s’agisse de livres de luxe ou plus modestes, mais néanmoins superbes, de revues de botanique et d’horticulture, tous mettent en valeur, par des textes mais aussi des images, la richesse de nos régions.

Seize Flores d’Europe illustrées jalonnent un parcours de l’Europe, des confins de la Russie au sud de l’Espagne. N’ont été retenus que les livres agrémentés de gravures et non pas les seules classifications des plantes, plus arides, où le monde végétal n’est décrit qu’en mots sans images réalistes. C’est à cette époque que des pays comme la Russie, le Portugal, la Hongrie commencent à publier «leurs» flores car ils en ont alors seulement les moyens financiers ou techniques.

Afin de mieux les cerner, ces flores d’Europe du XIXe siècle sont situées dans le contexte de l’histoire de l’illustration botanique. Un parcours dans le temps et dans l’espace montre comment texte et image se complètent sans cesse, en suivant l’évolution des moyens scientifiques et techniques qui permettent de restituer, par la gravure, les coupes et les détails auxquels les scientifiques se consacrent de plus en plus. La classification de Linné est bien intégrée et l’intérêt se porte vers la morphologie des plantes.

C’est en référence à ce tournant que prend la botanique au XIXe siècle que viennent ensuite quelques très beaux ouvrages qui privilégient l’attention scientifique manifestée à la structure des fleurs : la morphologie végétale. Là s’exprime, en un mélange subtil d’art et de science, une volonté de faire comprendre et de partager ces nouvelles découvertes.

Les modèles botaniques montrent, agrandis, les détails de la composition de la fleur ou du fruit : pétales, étamines, carpelles… Après une étude des divers moyens pédagogiques mis en œuvre pour l’enseignement de la botanique, sont soulignées l’originalité, la finalité et la diversité des modèles botaniques. La présentation de quelques grandes collections de modèles de la même époque, sur différents supports, permettra d’apprécier la beauté différente de chaque expression. Enfin, l’étonnante collection de modèles botaniques de la firme Brendel, conservée aux Facultés universitaires de Namur, conduit au cœur des fleurs : un concept original pour en expliquer le fonctionnement.

Cette mosaïque d’images mêle avec bonheur l’art et la science, pour découvrir la richesse du passé mais aussi poser un regard neuf sur la beauté, la diversité et la complexité cachée de ces plantes et de ces fleurs qui font partie de notre environnement quotidien, dans les jardins mais surtout dans la nature sauvage des champs et des bois.


Texte extrait du catalogue de l'exposition (2007) (en vente aux Presses universitaires de Namur)