William Buchan est un médecin écossais (1729-1805) auteur de plusieurs ouvrages dont le plus célèbre est Médecine domestique ou Traité complet des moyens de se conserver en santé, de guérir et de prévenir les maladies par le régime et les remèdes simples. Ce livre, écrit en 1769 a été traduit dans plusieurs langues. Il est divisé en deux parties, l’une est consacrée à la médecine prophylactique et décrit les moyens de conserver la santé et d’éloigner les maladies ; l’autre est consacrée à la description et au traitement de nombreuses maladies.

Contrairement à d’autres livres de médecine parus à l’époque, cet ouvrage ne contient pas d’observations anatomiques ou de termes techniques rébarbatifs. Son but est de diffuser le plus largement possible des informations sur les causes des maladies et sur les pratiques à suivre pour conserver la santé. L’auteur s’en explique dans la préface. Il trouve que les progrès de la médecine sont trop lents parce que c’est un art fondé principalement sur l’observation et étudié par un trop petit nombre de personnes qui veillent jalousement sur elle. Selon W. Buchan, il faudrait que toute personne de bon sens et instruite apprenne un minimum de notions pour préserver sa santé, pour éviter des maladies liées au travail et pour éviter de recourir à des charlatans. Les discussions entre hommes éclairés et médecins permettraient à l’art de la médecine de faire des progrès parce qu’elles permettraient de multiplier les observations et obligeraient les médecins à s’instruire davantage. De plus, elles réduiraient la méfiance des patients vis-à-vis des médecins et élimineraient le charlatanisme. En lisant ces lignes, on ne peut pas s’empêcher de faire un parallélisme avec les informations médicales qui sont dorénavant disponibles sur Internet et qui permettent aux patients de discuter de façon plus éclairée avec leur médecin.

Il y a beaucoup de bon sens dans ce « manuel » de médecine prophylactique mais il y a aussi des conseils qui font sourire et d’autres qui devraient nous inspirer aujourd’hui. Selon W. Buchan, les parents doivent nourrir, élever et former le corps, l’esprit et le cœur de leurs enfants. Ils doivent fortifier leur « constitution » et écarter ce qui pourrait les affaiblir. Dès leur plus jeune âge, il faut les habituer à manger sainement et juste en quantité nécessaire, à faire des exercices, à dormir suffisamment (mais ne pas faire de grasses matinées), à aérer leur chambre, à se laver, à s’habiller légèrement même en hiver et changer régulièrement de vêtements… Pour leur donner le goût au travail, il faut leur confier des occupations faciles (comme le jardinage ou l’art pour les garçons, et le ménage pour les filles) mais il ne faut pas exagérer sinon ils haïront le travail et deviendront faibles une fois devenus adultes. Après ce long chapitre consacré à l’enfance, l’auteur donne des précautions à prendre pour éviter des maladies spécifiques à certaines professions comme des métiers liés à l’industrie, à la terre, à la cuisine ou à l’artisanat, ainsi que des métiers sédentaires. Par exemple, les chimistes devraient ouvrir leur laboratoire sinon ils pourraient attraper la toux, de l’asthme et la « phtisie » (ancien terme pour désigner la tuberculose). Les personnes qui exercent un métier sédentaire, par exemple les gens de lettres, ne devraient pas travailler plus de 3 à 4 heures d’affilée. De plus, ils devraient éviter la posture courbée pour prévenir les maladies nerveuses et les maladies de la peau. Il leur conseille d’interrompre leur activité, non pas pour aller s’asseoir au cabaret et boire des bières ou jouer aux cartes mais pour faire des exercices en plein air tels que se baigner, se promener ou mieux monter à cheval ou jouer au golf. À moins d’avoir un cheval chez soi, il me paraît difficile de faire de l’équitation tous les jours mais je trouve que les employeurs devraient encourager les employés à se promener ou à faire du jogging sur le temps de midi plutôt que de manger à la cafétéria ou d’organiser des réunions entre midi et 13 heures.

En résumé, pour rester en bonne santé, W. Buchan nous conseille de manger sainement, de vivre dans la propreté, d’aérer nos locaux et surtout de faire des exercices. Le mieux étant d’en faire le matin parce que cela nous rend plus gai et plus serein pour commencer la journée. Selon lui, ces préceptes devraient s’appliquer dès le plus jeune âge parce que c’est dans l’enfance que s’établissent les fondements d’une bonne ou d’une mauvaise constitution. Que du bon sens !


Isabelle Hamer

Médecine domestique, ou Traité complet des moyens de se conserver en santé, & de guérir les maladies, par le régime & les remedes simples. Volume 2

Éditeur(s):
chez Froullé (A Paris)

Description physique :
5 v. : portr. ; 8°

Type : Livre
Date : 1789
Langue : Français

Droits : PublicDomain
Droits d'accès : OpenAccess
Détenteur des droits : UNamur - Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin (Namur)
Cote de rangement BUMP : R18A0006/02


Notes
Provenance : Vignette Facultés universitaires N.-D. de la Paix Namur Bibliothèque ; Cachet sec Bibl. Univ. Moretus Plantin Namur ; cachet Faculté des sciences Namur chaire de botanique Prof. P. Henrard S.J. ; cachet Pharmacie E. Teurlings rue St Sauveur 438 Gand ; Cachet Bibliotheca Univ. Cath. Lovaniensis.
Portrait de l'auteur en frontispice dans le premier volume.