Le docteur A. Préterre, chirurgien-dentiste établi à Paris au XIXe siècle, nous livre un traité de vulgarisation des maladies des dents dont le but est double. D’une part, sensibiliser le lecteur aux soins à apporter à l’organe dentaire afin de se prémunir de diverses pathologies. D’autre part, dénoncer de manière ironique les soins prodigués par les charlatans de la profession, tout en faisant publicité pour ses propres préparations thérapeutiques.

France, 1869. À une époque où la profession de dentiste souffre d’un défaut de considération (il n’existe ni chaire de dentisterie dans les facultés de médecine, ni sociétés savantes, ni réunions ou publications scientifiques sérieuses), des dentistes expatriés fraîchement diplômés des écoles dentaires du Nouveau Monde reviennent sur le Vieux Continent. Ils constatent le fossé existant entre les formations médicales américaines et européennes, mais surtout la différence d’éducation à l’hygiène bucco-dentaire. Alors qu’on inculque au citoyen américain dès le plus jeune âge l’importance de fréquenter les cabinets dentaires tous les 6 mois, un Français moyen rechigne à consulter même si une dent le fait considérablement souffrir. Il est vrai que la plupart des gens croient qu’un dentiste ne sert qu’à arracher des dents dans d’atroces souffrances, qui plus est, en dépouillant le patient de son argent. M. Préterre s’efforce de démonter ces croyances populaires, qui, avouons-le, sont encore répandues dans notre société. Il mettra l’accent sur une dentisterie nouvelle, moins douloureuse, plus rigoureuse, orientée vers la prévention et vers la préservation de l’organe dentaire.

Fort de ses connaissances acquises aux U.S.A., le docteur Préterre fonde le premier journal professionnel, L’Art Dentaire, dont une partie du présent recueil est tiré ; il participera à l’édition d’autres revues reconnues internationalement, dont le Dental Cosmos. Ces journaux se destineront à vulgariser les procédés américains récemment développés tels que l’anesthésie gazeuse ou la prothèse dentaire.

Nous apprendrons au travers de cet ouvrage des concepts aussi novateurs, pour l’époque, que le lien entre certains maux d’estomac et des pathologies dentaires, l’existence d’un microbiote buccal, la possibilité d’user de gaz anesthésique lors des soins dentaires ou les procédés de fabrication de prothèses afin de corriger des défauts de dentition.

Ce livre s’adresse à toute personne curieuse d’en savoir plus sur les dents et sur les traitements contemporains de leurs affections. C’est aussi une apologie de l’hygiène bucco-dentaire : brossage après chaque repas, gargarismes en tout genre et visite a minima annuelle chez un dentiste professionnel. Avez-vous consulté votre dentiste cette année ? Si non, chez le docteur Préterre, « Les consultations ont lieu de 2 à 4 heures. – Les extractions [dentaires] au protoxyde d’azote ont plus particulièrement lieu à 3 heures. » À vos carnets de rendez-vous !


Charles Nicaise et Cédric Jurysta

Traité pratique des maladies des dents : dentition, hygiène des dents, moyens d'assurer leur conservation, poudre et élixir dentifrices, névralgie dentaire, maladies des dents, carie, déchaussement, ébranlement, maladies des gencives, extraction des dents sans douleur, dents et rateliers artificiels, divisions palatines, restaurations buccales, etc. etc.

Ressources Liées
Titre
Innervation des dents

Éditeur(s):
Asselin (Paris)

Description physique :
251 p. : ill.

Type : Livre
Date : 1869
Langue : Français

Droits : PublicDomain
Droits d'accès : OpenAccess
Détenteur des droits : UNamur - Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin (Namur)
Cote de rangement BUMP : R19A0977


Notes
Ouvrage illustré de nombreuses gravures.
Provenance : vignette Facultés universitaires N.-D. de la Paix, Namur, Bibliothèque ; Cachet Biblioth. Scientif. Collegii Soc Jesu ND de Pace Namur ; cachet Succursale 8, place Masséna NICE, Cachet Biblioth. Colleg. NamurC. Soc. Jesu. N.D.d.P.