Voici une traduction française par Clémence Royer du livre que Charles Darwin publie pour la première fois en 1859 sous le titre plus complet De l’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie. Ce livre, qui est considéré aujourd’hui comme le texte fondateur de la théorie moderne de l’évolution, déclencha une véritable révolution scientifique et intellectuelle. Darwin s’appuie sur des observations réalisées au cours d’une expédition autour du monde pour présenter la thèse suivant laquelle les espèces vivantes ne sont pas immuables mais se diversifient avec le temps et dérivent les unes des autres, formant une généalogie arborescente.

Pour expliquer cette « transmutation » des espèces, Darwin se base sur des observations et des inférences que le biologiste Ernst Mayr résume ainsi :

Toutes les espèces sont suffisamment fertiles pour que la taille de la population augmente si tous les petits survivent et se reproduisent à leur tour (observation).

Malgré des fluctuations périodiques, la taille des populations n’augmente pas de façon infinie (observation).

Les ressources (telles que la nourriture ou l’espace) sont limitées (observation).

Il y a donc une lutte pour la survie entre les individus (inférence).

Les individus d’une même espèce peuvent être différents les uns des autres (observation).

Ces variations, qui sont dues au hasard, sont (au moins en partie) transmises des parents aux enfants (observation).

Les individus les mieux adaptés à un environnement (nourriture, prédateurs, climat…) survivent mieux et produisent une descendance viable plus nombreuse que les individus moins bien adaptés. Ils transmettent donc mieux leurs caractéristiques héritables à la génération suivante (observation). Ceci est le processus de sélection naturelle.

Ce processus lent produit des changements au niveau de la population qui s’adapte à l’environnement. Avec le temps, il peut aboutir à la formation de nouvelles espèces, y compris l’espèce humaine (inférence).

Cette théorie qui implique la transmutation des espèces a suscité d’intenses controverses car elle était en conflit avec les croyances religieuses de l’époque selon lesquelles toutes les espèces ont été créées par Dieu, et l’homme occupe une place privilégiée qui le distingue des autres animaux.

Même si elle est admise universellement par les scientifiques, la théorie darwinienne continue aujourd’hui encore à être remise en cause par certains milieux conservateurs. Ainsi, un groupe de pseudo-scientifiques soutient l’idée que la complexité des différentes formes de vie s’explique mieux par un « dessein intelligent » (intelligent design) préexistant que par des processus non dirigés tels que la sélection naturelle.


Olivier De Backer

De l'origine des espèces par sélection naturelle ou Des lois de transformation des êtres organisés

Ressources Liées
Titre
Darwin et l'évolution des espèces

Éditeur : Guillaumin (Paris)
Description physique : LIX, 614 p.

Type : Livre
Date : 1866
Langue : Français

Droits : PublicDomain
Droits d'accès : OpenAccess
Détenteur des droits : UNamur - Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin (Namur)
Cote de rangement BUMP : SJA.7.312B.3


Notes
CDRR Provenance : Au premier contreplat, vignette d'appartenance Armand Sibien, architecte (n°349), Cachet inventaire Bibl. Dom. S.I. Eegenhoven IHS.
Mention de responsabilité : Par Ch. Darwin ; Trad. en français avec l'autorisation de l'auteur par Clémence Royer avec une préf. et des notes du trad.