Historique

Centenaire de la « Bibliothèque Moretus »

En cette année 2021, nous fêtons le premier centenaire de la bibliothèque qui sera communément appelée « Bibliothèque Moretus ». Baptisée à l’origine Museum Artium, elle sera aussi nommée « Bibliothèque des Belles-Lettres ». C’est le Père Henri Moretus (1878-1957) qui en est le fondateur, le concepteur et la cheville ouvrière.

Le temps du murissement

Durant l’année scolaire 1903-1904, le Père Moretus, professeur en classe de troisième latine au Collège Saint-Michel situé au 14, rue des Ursulines à Bruxelles, se trouve confronté au manque crucial d’ouvrages spécialisés pour préparer son enseignement. Durant la quinzaine d’années qui suivirent, il murit le projet de créer une bibliothèque rassemblant les meilleurs ouvrages et revues destinés à l’origine aux professeurs des collèges jésuites. En 1916, il partage au Père Léopold Willaert (1878-1963) sa réflexion sur l’importance d’un tel centre spécialisé, bien géré et organisé. Namur semble un lieu idéal et bien situé : la Compagnie y dirige une Faculté de Philosophie et Lettres et la ville est dépourvue de bibliothèque scientifique. Le Père Moretus y a déjà œuvré comme directeur du Séminaire d’histoire en 1913.

La bibliothèque du Museum Artium dans l’hôtel de Wasseige

En 1921, avec l’accord du Père Provincial, Fernand Willaert (1877-1953), et l’appui financier de sa mère, Louise de Theux de Meylandt, il met en œuvre son projet. En novembre, il accompagne à Leipzig le Père Joseph de Ghellinck (1872-1950) qui est chargé d’acquérir des livres pour le Collège théologique des jésuites à Louvain au titre des dommages de guerre. Il y achète les premiers ouvrages de la future bibliothèque. En décembre, les premières caisses contenant un millier de livres arrivent à Namur et sont déposées dans l’hôtel de Wasseige situé au 55, rue de Bruxelles. C’est le début de la bibliothèque du Museum [ou Musaeum] Artium Provinciae Belgicae. En bon humaniste, Henri Moretus choisit un nom latin pour éviter les susceptibilités linguistiques. L’expression Provinciae Belgicae précise que le fonds relève de la Province jésuite belge1 .
En 1922, Henri Moretus revient à Namur et reprend la direction du Séminaire d’histoire jusqu’en 1943. En outre de 1922 à 1924, il est responsable de deux bibliothèques, celle de la communauté jésuite et celle des élèves. À cette époque, il existe plusieurs bibliothèques sur le quadrilatère du Collège et des Facultés. Aux deux précédentes, s’ajoutent trois autres : celles des enseignants du collège, des philosophes et de la faculté des sciences. Ces activités n’empêchent pas le Père Moretus de poursuivre son grand projet. Grâce au soutien de sa famille et d’amis, il acquiert des livres à une cadence élevée : plus de mille ouvrages par mois. Il visite les libraires et achète des ouvrages en Autriche, Angleterre, Autriche, Belgique, France, Italie et Pays-Bas. Quant aux matières, il fait le choix de privilégier essentiellement les sciences humaines.
Le 16 septembre 1924, la bibliothèque du Museum Artium Provinciae Belgicae est inaugurée lors de l’Assemblée des Professeurs d’Humanités des collèges jésuites de Belgique. Cette même année, le Père Moretus engage un adjoint en la personne de Mr Jean Poncelet (1900-1990) qui travaillera durant plus de 40 ans au service de la « Bibliothèque Moretus ». Il recevra ultérieurement l’aide du Père André Van Koetsem (1887-1963) durant deux années (1927-1929).

La « Bibliothèque Moretus » dans le bâtiment situé rue Grafé

Devant l’afflux important de livres, les salons de l’hôtel de Wasseige ne suffisent plus : 35.000 volumes en 1924, presque 65.000 en 1927. Il faut trouver un lieu plus grand pour accueillir le Museum Artium. Dès décembre 1922, le Provincial belge discute avec ses conseillers de ce problème, car la Province belge ne dispose pas de moyens financiers suffisants pour investir dans de nouveaux locaux. En 1926, la décision est prise de construire un nouveau bâtiment situé le long de la rue Grafé pour abriter la bibliothèque. Il sera réalisé grâce à la générosité de la famille Moretus Plantin. En novembre, les travaux débutent. À la Noël 1927, la construction s’achève. Le lendemain, le déménagement commence sous l’impulsion du Père Van Koetsem et dure 8 jours ouvrables. Le 6 janvier 1928, la nouvelle bibliothèque s’ouvre. Elle comprend alors 5 étages. Son inauguration a lieu le 1er juin 1931 durant les fêtes du premier centenaire du Collège Notre-Dame de la Paix et est rehaussée par la présence du roi Albert 1er, du premier ministre, Henri Jaspar, du nonce apostolique, Mgr Clément Micara et de l’évêque de Namur, Mgr Thomas-Louis Heylen. À cette occasion, une plaque commémorative est placée à l’entrée de la bibliothèque et perpétue, encore aujourd’hui, le souvenir de cet événement. Celle-ci compte alors 100.000 volumes. Elle prend le nom de « Bibliothèque des Belles-lettres ». En 1934, la construction d’un nouveau bâtiment destiné à la physique et la chimie permet l’élargissement de la bibliothèque et l’ajout d’un demi-étage. Cet agrandissement fournit l’occasion d’une nouvelle inauguration en mai 1935 et offre l’opportunité d’une nouvelle découverte des richesses du fonds dont la presse se fait à nouveau l’écho. En 1935, la Province jésuite belge laisse place à deux nouvelles entités, la Province belge septentrionale et la Province belge méridionale. Le fonds du Museum Artium, situé à Namur, passe aux mains de cette dernière. Mais la question de son appartenance reste épineuse. La Provinciae Belgicae, propriétaire du Museum Artium, n’existe plus et le Père Moretus, malgré qu’il vit et travaille à Namur, est resté membre de la Province jésuite flamande. En 1946, Rome tranche et confirme l’appartenance du fonds à la Province belge méridionale. Le 18 février 1948, les Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix sont érigées en asbl, ce qui leur permet d’obtenir des subventions. Il fallut dès lors clarifier les relations entre elles et le Museum Artium. Le 13 octobre 1948, le Père Provincial, Eugène Thibaut (1887-1972), stipule que le fonds du Museum Artium appartient à l’Arca Seminarii de la Province belge méridionale [asbl Séminaire Saint François Xavier] — c’est-à-dire à la caisse qui sert pour le financement de la formation des jésuites avant les derniers vœux —, et l’applique définitivement aux Facultés à Namur, sans aliénation de propriété.
Devant l’éparpillement des bibliothèques, les autorités des Facultés souhaitent que la « Bibliothèque Moretus » devienne progressivement la Bibliothèque « centrale » des Facultés. À partir de 1948, ils mettent en place un plan pour réaliser ce projet. Des livres provenant de la Faculté de Philosophie et Lettres sont petit à petit intégrés à la Bibliothèque des « Belles-Lettres », tout en conservant la marque de leur propriété respective. Les incertitudes financières poussent le Père Moretus, sous l’impulsion du Père Camille-Jean Joset (1912-1992) à créer, le 11 juillet 1950, l’Institut Moretus Plantin, une asbl qui a pour objectif de soutenir la Bibliothèque. Devenu fondation en 2018, il poursuit aujourd’hui encore ce précieux service.
À l’occasion de son jubilé de 50 ans de vie jésuite, le 5 septembre 1946, le Père Moretus évoque brièvement la réalisation de son rêve de « créer une bibliothèque centrale, qui servit aux facultés de Namur ». Il la voulait « grande » et « publique » « dans les plus anciennes et les plus actuelles traditions de la Compagnie et de [sa] famille ». C’est chose faite.
À la mort du Père Moretus Plantin en 1957, la bibliothèque compte 220.000 volumes. Le Père Jules Van Ooteghem (1896-1968) en devient le conservateur en chef jusqu’en 1959. Durant son mandat, on élève le bâtiment d’un 6e niveau (1958). Le Père Joseph Lebacqz (1917-1968) lui succède jusqu’en 1961, puis le Père André Ghéquière (1915-1994) jusqu’en 1974. Le projet d’une nouvelle bibliothèque centrale se fait jour. La volonté est de centraliser les principaux dépôts de livres de l’Université et d’éviter l’émiettement des ressources financières face à la diversification et l’augmentation constante de l’offre documentaire.

Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin : En 1979, la nouvelle Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin est inaugurée. Les ouvrages du Museum Artium et d’autres fonds conservés sur le site des Facultés y sont transférés. C’est désormais dans ce lieu qu’est déposée l’œuvre que le Père Henri Moretus a créée. Elle a ouvert et permis une grande et riche tradition de recherches. Suite au déménagement, le Père Provincial, Jean-Marie Hennaux, et le Recteur des Facultés, le Père Roger Troisfontaines (1916-2007) ont signé une nouvelle convention, le 3 novembre 1980, à propos du Museum Artium.
La Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin est aujourd’hui la bibliothèque centrale de l’Université de Namur. Elle comprend bon nombre de fonds et de richesses, et continue de s’accroître. Elle est à la fois dans la continuité de l’œuvre du Père Moretus tout en s’en distançant pour correspondre aux défis d’aujourd’hui.
Quant au bâtiment de l’ancienne « Bibliothèque Moretus », il accueille depuis 1980 une autre bibliothèque jésuite, celle du Centre de Documentation et de Recherche Religieuses (CDRR). Mais ceci est une autre histoire.

Michel Hermans, s.j.

1 La Province jésuite belge a été créée en 1832 lors du rétablissement de la Compagnie de Jésus en Belgique.