Guerre 1940-1945

Une anecdote : la « Bibliothèque Moretus » pendant la guerre 40-45

Pendant la guerre 40-45, la « Bibliothèque Moretus » est restée ouverte. En 1940, Jean Poncelet est mobilisé. Après la campagne des 18 jours, il fut prisonnier durant 2 mois. Il put ensuite reprendre son travail à la Bibliothèque, malgré que les rentrées académiques étaient interdites par les autorités allemandes. Les cours étaient donnés en secret sous l’action clandestine du Père Camille Joset. Jean assurait les prêts de livres aux étudiants clandestins.

Jean est devenu membre de la résistance dans le Réseau de renseignement « Clarence ». Il y avait été engagé par un ami, Monsieur Renard, ingénieur en chef des PTT de Namur, qui était son contact et de qui il recevait des documents secrets, lorsqu’il se rendait à la poste pour expédier ou recevoir des colis de livre. Au 5e étage de la Bibliothèque étaient stockés en secret, certaines des archives secrètes, des listes d’agent, des codes, etc. Des pseudo-lecteurs venaient demander certains livres avec des codes particuliers de reconnaissance pour effectuer des échanges de documents. Nul n’était au courant, pas même le Père Moretus, sauf certainement, le Père Joset également membre ‘‘actif’’ du réseau « Clarence ». Jean put agir ainsi jusqu’en 1943. Il échappa par chance à une dénonciation à la Gestapo en s’enfuyant par la petite porte de la Bibliothèque donnant sur la rue Grafé et se mit au vert pendant un certain temps.

André Poncelet