Une affaire familiale

Comme c’était souvent le cas pour les entreprises typographiques, l’imprimerie de Christophe Plantin est aussi une affaire de famille. Des cinq filles de Plantin, plusieurs épouseront des collaborateurs de leur père : Marguerite, l’aînée, épousera Franciscus Raphelengius, qui avait déjà participé à l’élaboration de la Bible polyglotte ; Martine, la deuxième, deviendra l’épouse de Jan Moretus, qui avait intégré l’entreprise en 1557 à l’âge de 14 ans ; Madeleine épousera en premières noces Gilles Beys qui, jusqu’en 1577, dirigea la succursale à Paris, avant que des frictions ne mettent fin à cette collaboration avec Plantin.

Dès le début des années 1570, Plantin fut bien conscient de l’importance de Jan Moretus et de Franciscus Raphelengius pour l’avenir de l’entreprise : il considérait que le premier était particulièrement doué pour les affaires commerciales, le second pour le travail philologique. Assez jeune déjà, Moretus parvint aussi à établir son propre réseau. À la mort de Plantin, il n’est donc guère étonnant que ce soit lui qui reprenne l’entreprise à Anvers. Raphelengius, quant à lui, continuera à diriger la succursale établie à Leyde.

En parlant de famille… Henri Moretus Plantin, le fondateur de l’actuelle Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin qui abrite cette exposition, est un lointain descendant de Jan Moretus. La boucle est bouclée !

Jan Moretus, Franciscus Raphelengius et Henri Moretus Plantin
Jan Moretus, Franciscus Raphelengius et Henri Moretus Plantin

citation plantin

citation plantin

Hercules Prodicius seu Principis ivventutis vita et peregrinatio
Stephanus Vinandus PIGHIUS

Un livre de la bibliothèque familiale

 

Illustrium imagines ex antiquis marmoribus nomismatib. et gemmis expressae quae extant Romae maior pars apud Fulvium Ursinum
Theodor GALLE

Un graveur entre dans la famille

M. AccI [P]lauti Comoediae viginti
Titus Maccius PLAUTUS

Apud Franciscum Raphelengium